Le Call Center – 4. La réalité

Mon deuxième jour en équipe a donc été placé sous le signe du « rouge »: rouge comme la couleur de la feuille de vente de la veille, je me savais dans le viseur et tous mes appels, je les prenais en tremblant, guettant, du coin de l’œil, l’arrivée de mon sup. Heureusement pour moi, je ne travaillais qu’en continu, à 14h ma journée était finie et le temps de midi il n’était pas là. Je suis partie en m’enfuyant presque mais je savais que ça ne repoussait l’épreuve qu’au lendemain.

Le mercredi donc, je suis revenue. Mon emploi du temps indiquait une formation qui coupait ma matinée. Je suis donc allée en forma, arrivée dernière à cause d’un appel, je dois amener ma chaise et personne ne me laisse de place (alors que c’est mon équipe). On émarge la feuille, il manque une personne et ça commence à blaguer (le sup et quelques membres de l’équipe) que c’était un fainéant et qu’ils ont réussi à le faire partir. Ils rigolent, je me sens mal à l’aise (j’ai une sainte horreur des moqueries).

La formation se passe, on retourne aux postes. Je suis convoquée dans le bureau des RH. Elles me présentent mon contrat, je le signe. Elles me disent « félicitations, vous êtes avec nous jusqu’en janvier ». Pardon?! on m’a parlé d’un CDD de six mois et de mars à janvier, il me semble que ça fait nettement plus; mais soit je signe… Un travail est un travail même si il commence déjà à me rendre malade, il occupe mes journées et, à ce moment, je pense que c’est ce dont j’ai besoin. Je repars, c’est l’heure d’aller expédier mon repas du midi.

C’est à mon retour que tout se gâte, j’ai un cas très compliqué au téléphone, je mets la personne en attente et cherche mon sup, que je ne trouve pas, aucun des autres sup n’est là d’ailleurs. week_2_19___52_week_emotes_by_mirz123-d3h6asnJe gère comme je peux, un logiciel se ferme et efface tout, je recommence; finalement je m’en sors sans eux; et là IL arrive. Il me prend mon téléphone et me convoque dans une pièce insonorisée; et là c’est le drame.

Il a écoute cet appel et me dit que ça ne s’est pas bien passé, que ce que j’ai fait c’était littéralement de la merde, et que je n’étais pas douée, que c’était simple, que j’ai mal fait le boulot sur le logiciel (oui celui qui a planté et qu’en plus il a vu planter en direct puisqu’ils ont accès à ce que je fais) et que je n’ai pas su demander de l’aide (à qui?!!), que par ma faute le client a stressé, que je n’ai même pas vendu un truc au rebond. J’essaye de me défendre mais il me répond qu’ici il n’y a que lui qui est parfait (véridique dans le texte…). Il continue son discours avant de me renvoyer à mon téléphone. Je tremble, je n’arrive même pas à reprendre mes appels correctement.

tumblr_inline_nmccrxu0jW1rgg1jm

Je finis par me mettre en pause et pars pleurer dans les toilettes car il n’y a aucun endroit pour s’isoler. C’est la goutte d’eau. Je suis débutante, intégrée depuis 3 jours à peine dans l’équipe! et je me fais pourrir comme du poisson pourri parce que, je n’ai pas su faire les choses sans mettre en attente le client (principal reproche) et quand j’ai eu besoin d’aide parce que je ne savais pas faire (je lui ai dit que je ne savais pas faire et que j’ai voulu demander de l’aide), je n’ai eu personne pour m’épauler alors qu’il avait dit qu’il serait là si j’avais des questions ou besoin d’aide. Je n’arrive pas à me calmer. Je ne vois que le « vous avez fait peur au client » et j’imagine le client choqué alors que je fais ce que je peux pour aider, que pour moi il est humain avant d’être une machine à pomper du fric; que le matin même j’avais passé quarante minutes avec une dame dont la mère venait de décéder et que j’avais consolé tant bien que mal avec un gratifiant: « vous êtes bien gentille mademoiselle. ».

Je suis rentrée chez moi et j’ai fondu en larmes en tremblant. Je n’ai rien avalé, j’étais déjà dans une période personnelle difficile où j’avais perdu presque six kilos entre le boulot et mes soucis; mais là ça a été la goutte d’eau.
sheldon bed

Le lendemain mon docteur m’a dit qu’il me plaçait en arrêt mais qu’il me conseillait de démissionner, que cette entreprise avait un fort turnover et que de bien plus gros morceaux que moi si sont cassés les dents mais qu’il me laissait le temps de réfléchir à tout ça.

J’ai envoyé ma démission la semaine suivante. J’ai revu un autre docteur qui m’a demandé: « Vous avez tenu combien de temps? » « Un mois et demi et trois jours?! Et bah vous savez? J’en ai vu partir bien avant vous et pire que vous. ».

Antidépresseurs au programme et j’en apprendrai d’autres sur cette « entreprise ».

 

Publicités

5 réflexions sur “Le Call Center – 4. La réalité

  1. En fait quand je lis tout ça, je me dis que je fais bien de ne jamais postuler en call-center. Déjà que j’ai une sainte horreur du téléphone et encore plus de considérer les gens comme des pompes à fric, mais quand en plus il y a une pression monstrueuse et des supérieurs qui tiennent plus du connard que de l’humain, là, je rends mon tablier avant même qu’on me l’ait offert… tu as eu bien du courage d’essayer de t’accrocher !

    J'aime

    • Merci.
      Je me suis accrochée parce qu’on nous répète assez souvent: « un travail c’est un travail » et j’espérais y voir une porte de sortie (d’ailleurs le CDD devait devenir un CDI) mais là ça devenait de la lobotomie. Je n’avais plus que ça dans la tête et quand on se fait prendre à part pour les chiffres bah ça fait merde.
      Surtout ne jamais postuler en call-center.

      J'aime

      • Oui c’est ce que m’a répété ma conseillère récemment, « un travail c’est un travail », et dans ma situation je n’ai pas le droit de faire ma difficile. Mais ce n’est pas être difficile, c’est ne pas vouloir finir lobotomisée par une entreprise qui m’envoie droit dans le mur !

        J'aime

      • Il faut clairement qu’ils comprennent qu’ils ont des êtres humains en face d’eux et pas juste des noms qu’on peut mettre n’importe où pour boucher des trous.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s